Home / Règlementation

Règlementation

Assainissement des eaux usées domestiques

L’assainissement collectif ou non collectif a pour objet l’évacuation et le traitement des eaux usées. Les eaux usées désignent les eaux vannes (l’eau provenant des WC) et les eaux grises (l’eau provenant du lavabo, de la cuisine, du lave-linge…). Elles ne peuvent pas être rejetées dans la nature, car elles sont nocives pour l’environnement. Elles doivent donc au préalable être traitées pour prévenir les risques de pollution. 

Il existe 2 méthodes d’assainissement :

  • Évacuation dans un réseau communal d‘assainissement collectif, le tout-à-l’égout
  • Récupération par un équipement d’assainissement non collectif, l’assainissement autonome ou individuel

Les zones d’assainissement collectif et non collectif de votre commune sont délimitées dans le zonage d’assainissement que vous pouvez consulter en mairie.

Quel organisme contacter ? 

Dans chaque commune ou groupement de communes, il existe un service public d’assainissement. Il s’agit du SPAC pour l’assainissement collectif et du SPANC pour le non collectif. Il assure des missions obligatoires de contrôle et des prestations facultatives d’entretien, de vidange ou de travaux. Quel que soit le mode d’assainissement, collectif ou autonome, ce service contrôle la conformité des installations et des raccordements.

Mise en place d’un assainissement non-collectif

Les immeubles ou les maisons non raccordés au réseau d’assainissement collectif doivent être branchés sur une installation d’assainissement non collectif.
Il est recommandé de se tourner vers une entreprise spécialisée. Elle sera apte à mener l’ensemble des travaux (terrassement, creusage, plomberie, raccordements…).
La commune peut fixer des règles techniques pour l’implantation ou la réhabilitation des installations. Ces règles concernent notamment les études de sols et le choix du type d’installation en fonction de la perméabilité des sols. Les frais supplémentaires sont à la charge du propriétaire.

Avant de commencer les travaux, vous devez présenter votre projet au service public d’assainissement non collectif (SPANC) de votre commune. Il peut vous renseigner sur la marche à suivre et vous fournir des recommandations pour votre projet. Il effectue un contrôle de conception de votre future installation en se basant sur l’étude de votre dossier. Il vous remet une attestation de conformité à la réglementation que vous joindrez à votre demande de permis de construire.
À la fin des travaux, le SPANC effectue également un contrôle de bonne exécution de l’installation lors d’une visite sur le chantier, avant le remblayage. Vous devez attendre ce contrôle pour remettre votre terrain en état.

Entretien, vidange

Le propriétaire est responsable de l’entretien régulier de son installation. La commune peut créer un service pour assurer cet entretien. Dans ce cas, les propriétaires choisissent de recourir à une entreprise privée ou au service créé par la commune.
La vidange doit être effectuée par une entreprise agréée par le préfet. La périodicité de la vidange de la fosse toutes eaux ou du dispositif à vidanger doit être adaptée en fonction de la hauteur de boues, qui, en général, ne doit pas dépasser 50 % du volume utile.

Le SPANC vérifie le bon fonctionnement et l’entretien de l’installation au moins tous les 10 ans. La périodicité des contrôles dans votre commune figure dans le règlement du service public d’assainissement.
Les installations non conformes doivent faire l’objet de travaux de mise en conformité dans un délai de 4 ans, en cas de danger sanitaire ou de risque environnemental avéré.

À savoir : en cas de vente, le propriétaire a l’obligation d’annexer un rapport de visite du SPANC de moins de 3 ans au dossier de diagnostic technique immobilier. Si l’installation est non conforme, des travaux doivent être réalisés dans l’année suivant la vente. 

Source : www.service-public.fr